Bibliographie

 

Bannière Livres

 

Les chiffons du profit – éditions Aconitum, octobre 2017

C’est Baudelaire qu’on embaume – éditions Fleur Sauvage, janvier 2017

En savoir +

Cette personne qui n’aimait pas les chiens – éditions Fleur Sauvage, septembre 2015

En savoir +

666e kilomètre – éditions Fleur sauvage, septembre 2014

En savoir +

En attendant les vers – éditions du Riffle, collection Riffle Noir, avril 2012

En savoir +

Une nouvelle vie en Artois – éditions Ravet-Anceau, collection Euphoria, novembre 2010

En savoir +

Quatrième de couverture

Mélanie a décidé de changer de vie. Elle abandonne son métier d’éducatrice pour retourner à ses premiers amours : la littérature. Elle espère aussi resserrer ses liens avec Paul, son amoureux, qui se montre distant depuis quelques mois. Un jour, chez un libraire, elle croise un inconnu dont le charme ne la laisse pas indifférente. Le destin va l’amener à le croiser de nouveau, distillant peu à peu le doute dans son cœur. Et pour compliquer les choses, Christophe451, son contact Internet avec qui elle partage de nombreux points communs, souhaite la rencontrer. Au milieu de ces trois hommes, Mélanie a du mal à voir clair dans ses sentiments.

 

Liens

Extrait

Chronique sur Book en Stock – date : Juillet 2011 – chroniqueuse : Dup

 

Avis d’une lectrice

Thérèse, novembre 2010

 

Info éditeur

11 x 17 cm – 176 pages – version papier (8,11€) et numérique (6,40€) – ISBN : 9782359731446 – éditions Ravet-Anceau – collection Euphoria

À minuit, les chiens cessent d’aboyer – éditions du Riffle, collection Riffle noir, octobre 2010

En savoir +

Quatrième de couverture

Le regard que pose le capitaine David Blacke sur ces contemporains autant que sur lui-même est noir comme le charbon, tranchant comme une lame de couteau. Le genre de lame qui a tué Dylan Druelles aux alentours de minuit sur le parking du McDo d’Auchel.

Qui a assassiné ce nazillon des bacs à sable ? Que signifient ces trois lettres, F.D.L. tatouées sur son torse en plus de la croix gammée ? Pourquoi lui a-t-on tranché la langue et que faisait Johnny Tarjesky, un délinquant multirécidiviste appréhendé non loin des lieux du crime ? Et surtout combien de temps Blacke supportera-t-il les aboiements de ces chiens qui infestent ses nuits ?

À ces questions, le flic répond avec sa hargne et son mépris. À ses sarcasmes, s’oppose Amélie Laribi, une lieutenante intègre et rêveuse qui n’aura de cesse qu’elle réussisse à innocenter le coupable idéal en retrouvant le vrai tueur. Pour que la paix puisse revenir dans l’agglomération minière de son enfance. Mais… peut-on vraiment empêcher les chiens d’aboyer ?

 

Liens

Une présentation plus en profondeur des éditions du Riffle

Extrait 1

Extrait 2

 

Compte-rendu lors d’une joute oratoire

En 2013, au collège Albert-Schweitzer de La Bassée, 47 élèves présentaient le compte-rendu d’une de leurs lectures lors d’une joute oratoire. À minuit, les chiens cessent d’aboyer faisait partie de la sélection. Voilà ce qu’en a pensé l’un des lecteurs (une lectrice) du collège.

David Blacke est un policier détestant l’humanité, célibataire avec une vie monotone, pleine de répétition. Un jour, il se retrouve confronté au meurtre de Dylan Druelle, un  «nazillon des bacs à sables» assassiné sur le parking d’un McDo à Auchel, une ville dans le nord pas de calais

Qui l’a tué ? Que signifient ces trois lettres, F.D.L. tatouées sur son torse en plus de la croix gammée ? Pourquoi lui a-t-on tranché la langue et que faisait Johnny Tarjesky, un délinquant multirécidiviste appréhendé près des lieux du crime ? Et surtout combien de temps Blacke supportera-t-il les aboiements de ces chiens qui infestent ses nuits ? Et qui le pousse à aller au bar du coin tous les soirs ? À ces questions, le flic répond avec son mépris. À ses sarcasmes, s’oppose Amélie Laribi, une lieutenante rêveuse et qui croit en son métier. Elle n’aura de cessent d’essayer de trouver le vrai coupable. Pour que la paix puisse revenir dans l’agglomération minière de son enfance.

J’ai bien aimé le genre du livre, que j’ai trouvé plus original que les autres romans policiers que j’avais lu. Les personnages sont bien développés, aussi bien au niveau physique que psychologique. Ils savent se démarquer les uns des autres et se complètent. Par exemple : le héros ayant un caractère qui peut sembler détestable par certain lecteur est freiné par celui de sa collègue, Amélie Laribi.

Pendant le cours de l’histoire, les chiens ne semblent avoir aucun rapport avec l’enquête, mais au final ils seront l’une des clés qui permettra la bonne résolution de l’enquête.

S., une élève du Collège  Albert-Schweitzer de La Bassée (59) Le 8 avril 2013

 

chronique

Nº153 du mensuel de la culture en région Détours & des Nuits

(édition Centre-Val-de-Loire et édition Poitou-Charentes)

Janvier & Février 2011

 

Info éditeur

format 11×17 – 310 pages – 10 € – ISBN 978-2-916225-08-1 – éditions du Riffle – collection Riffle Noir

Elvis et la Fille qui rêvait debout – éditions Saint-Martin, 2007

En savoir +

Quatrième de couverture

Julie est une fille qui rêve beaucoup. Dès qu’elle le peut, elle s’évade dans l’imaginaire. Il parait que c’est un gros défaut. Souvent à l’école, ou à la maison, les adultes lui reprochent d’être distraite.

Quand Rose, sa petite sœur, se prend à vouloir rechercher le Père Noël, Julie n’est pas prise au dépourvue : elle a bien son idée pour arriver jusqu’au sympathique bonhomme rouge. Alors, devant l’obstination de Rose, Julie décide de l’emmener à l’aventure.

Chemin faisant, les deux jeunes filles vont rencontrer Elvis et Lord Rat-Blay. Ensemble, ils vont rejoindre le Pays Merveilleux où rien ne va plus. Les habitants ont perdu leur joie de vivre… L’arrivée récente de l’étrange Clown Nieur y serait-elle pour quelque chose ? Rose, Julie et Elvis vont devoir tirer cette histoire au clair ! Vont-ils réussir à déjouer les pièges qui les attendent ?

C’est avec joie que Michaël Moslonka nous fait retrouver Elvis et tous ses amis. Après avoir été aidé dans L’Enfant du Placard et la Méchante Sorcière de l’Est de la Rue du Masque, Elvis décide à son tour de secourir les autres. Un beau conte sur la différence où l’humour et la fantaisie sont toujours bien présents !

 

Articles

Décembre 2007

 

Info éditeur

239 pages – 18 € – ISBN  : 978-2-916766-06-5 – éditions Saint-Martin – Collection Jeunesse

illustratrice :  Catsacha

L’Enfant du Placard et la Méchante Sorcière de l’Est de la Rue du Masque – éditions Saint-Martin, 2006

En savoir +

Avec L’Enfant du Placard et la Méchante Sorcière de l’Est de la Rue du Masque, Michaël Moslonka puise dans son expérience d’éducateur pour nous raconter un conte fait de rêve et de fantaisie. Ecrit simplement, ce conte s’adresse aussi bien aux jeunes lecteurs qu’à ceux qui ont conservé une âme d’enfant. Entre Alice au pays des merveilles et Pinocchio.

Quatrième de couverture

En enfermant Elvis dans le placard, sa mère lui dit : Si tu cries, je m’en vais chercher la sorcière au bout de la rue !

La Méchante Sorcière de l’Est de la Rue du Masque… Brrr !!!!

 Alors le petit garçon décide d’affronter ses angoisses, accompagné de compagnons bien singuliers. Il ose sortir du placard pour aller à la rencontre de cette redoutable sorcière. Son parcours semé d’embûches est une véritable leçon de courage. Un cri de révolte pour se libérer de ses peurs.

 

 

Avis (mots d’enfants)

« Le livre est super parce qu’il y a de l’action et du suspens avec la sorcière, le rat de bibliothèque et le chat Pistoléro. Ce sont des bons personnages. Je suis pressé de savoir la suite parce que j’aime bien votre livre et l’autre sera encore mieux. » Trystan

« J’aime bien parce que c’est marrant et aussi parce que j’ai bien aimé le personnage qui s’appelle Elvis. » Marion

« Je vous aime M. Moslonka. Le personnage que j’ai préféré est Joe Coupe-Patates. » Louison

« J’ai bien aimé votre livre, vous avez de très bonnes idées. Ce qui m’a le plus marqué, ce sont le chat Pistoléro et Lord Rat-Blay parce que ce n’est pas dans tous les livres que nous voyons un chat Pistoléro et un rat intelligent . » Maïwenn

« J’ai bien aimé cette histoire. Je suis impatient de savoir la suite. Pourquoi avez vous appelé Joe Coupe-Patates ? J’aime bien ce nom. » Léo

« Il y a beaucoup de détails et de l’action, j’aime bien. Est-ce que vous allez souvent dans des bibliothèques ? » Charlotte

« J’adore ce livre, il est rigolo. Mon personnage préféré est Lord Rat-Blay parce qu’il lit toujours son livre. Je trouve qu’il y a du suspense dans le livre . » Claire

« Avez-vous fini la suite ? J’aime bien Joe Coupe-Patates et la fin. » Guillaume

« J’ai vraiment beaucoup aimé votre livre. Mes personnages préférés sont Charlie et Lord Rat-Blay. Il y a de bons jeux de mots. Je trouve aussi qu’il y a de bonnes blagues. Je trouve que c’est marrant qu’Elvis a appelé le vieil homme Joe Coupe-Patates. » Laurine

« J’ai bien aimé votre histoire surtout Charly et le rat de bibliothèque. Ils sont très drôles. Qui a écrit sur les murs en rouge ? » Yaëlle

« Moi j’ai bien aimé tous les personnages et surtout Lord Rat-Blay. J’ai tout compris. » Estelle

« J’aime bien Joe coupe-patates, il est marrant. » Pacha

« J’ai bien aimé votre histoire. J’ai préféré Charly. » Gaëtan

« J’ai aimé parce qu’il y a des passages marrants avec le chat et ses cigares, chez la sorcière et Joe coupe-patates. » Anaïs

« J’ai bien aimé votre livre. Le garçon a poussé la sorcière. » Thomas

« J’aime bien votre livre et quand Charlie a tiré sur les rats. » Rémi

« J’aime bien votre livre. Le moment que je préfère est avec Joe Coupe-Patates. Avez-vous des idées pour écrire la suite de l’enfant du placard ? » Victor

 

Note de l’auteur

 

Info éditeur

120 pages – prix : 18 €, ISBN : 978-2-916766-00-3 – éditions Saint-Martin – coll. Jeunesse.

illustratrice :  Catsacha

Le Masque de l’Archange – éditions Bénévent, 2004

En savoir +

En juillet 2005, Yves-Fred BOISSET, rédacteur en chef du journal littéraire « La Braise et l’Etincelle » qualifie ce roman de « « théâtro-philosophico-poétiqueque. « En effet, cet ouvrage est les trois à la fois » continue-t-il dans sa chronique, en précisant ensuite : « Composé comme une pièce de théâtre avec des actes et des scènes numérotées, il entremêle textes de réflexion et poèmes d’excellente facture, l’ensemble étant harmonieux ».

Effectivement, le destin du personnage principal et des différents protagonistes de cette histoire sont dévoilés tantôt en prose, tantôt en poésie dite « libérée ».

De plis, plutôt que de découper son histoire en chapitres, Michaël Moslonka a préféré la présenter en actes et en scènes, comme si au-delà du malheur, de la souffrance et même de la mort, la vie n’était qu’une pièce de théâtre, une farce burlesque où tout le monde a un rôle à y composer.

Quant au metteur en scène, de la tragédie qui se joue sur les planches de la vie, l’auteur en esquisse quelques traits, mais Lui et ses sombres desseins restent en retrait. Cette mystérieuse puissance laisse le soin à son Archange Vengeur d’intervenir auprès des acteurs qu’Elle a elle-même choisis.

 

Quatrième de couverture

Sorti de sous la terre

Revenu parmi les vivants

De ta tombe, tu apparais lentement

Archange d’esprit et de chair

 

Tu tournes ton visage meurtri

Vers la lune et tu cries

Tu hurles ta rage et ta haine

(…)

Et Elle… Son visage hante ton esprit

Elle, Marlène, qui ramena le sourire

Sur les masques tristes et sans vie

D’un théâtre ayant oublié les éclats de rire

 

Les arbres te saluent, artiste moribond

Ton dernier spectacle, Mort à Venise,

Fut un succès, une ovation

Et les morts applaudissent

 

À charge de revanche

Tu entres à nouveau en scène

Tu quittes le cimetière entraînant tes chaînes

À toi, la vengeance !

 

Articles

Rencontres de Noyelles-Godault (mars 2005)

 

Info éditeur

Nombre de pages : 116 – 11,50 € – épuisé – ISBN : 2-84871-589-8 – Édition Bénévent

 

L’ombre de personne (co-écrite avec Gaylord Kemp), dans le collectif Silencieuse Et Perfide – éditions Fleur Sauvage, février 2015.

En savoir +

 

Les enfants de Babylone, dans le collectif Projet.Ayiti15-812 – ¼ hibou – éditions, mars 2014

 

Coup de balai sur la ville – écrit avec Armelle Chatel et Alain Temple, dans le collectif Les Aventures du Concierge Masqué – L’Exquise Nouvelle saison 3 – éditions L’Exquise Édition, septembre 2013

 

Le souffle de Fannette, dans le collectif Santé ! – éditions L’Atelier Mosésu, collection Les auteurs du noir, avril 2013

 

Marlène, dans l’anthologie Le Monde de la Nuit – éditions Sombres Rets, collection Nuits noires, février 2013

Roman d’amour, dans l’anthologie Histoires d’Amour – éditions Sombres Rets, collection Nuits noires, mars 2012

La mélodie du malheur, dans l’anthologie Mystères et mauvais genres – éditions Sombres Rets, collection Nuits noires, dernier trimestre 2010

En savoir +

Sommaire

À la croisée des genres, entre enquêtes policières, aventures surnaturelles et énigmes de la science-fiction, cette anthologie s’adresse à tous les amateurs de frissons et de mystères.

Dans ce collectif d’auteurs (15 nouvelles au total), vous y découvrirez la nouvelle inédite de Michaêl Moslonka intitulée : La mélodie du malheur.

 

 

 

 

Quand l’inconnu s’invite dans le quotidien…

Latombe, victime professionnelle de Guillaume Suzanne

Le Marchand de Secrets de P.R. Tohril

La mélodie du malheur de Michaël Moslonka

Les larmes du Poète de Gabriel Féraud

La flaque à côté de l’arrêt d’autobus de Christophe Nicolas

 

En quête de vérité…

Le corail d’Altawyris de Bruno Grange

En l’honneur d’Emily de Sébastien Ruche

La brigade des Enquêtranges de Lucie Chenu

Vade retro Satanas ! de Aurélie Wellenstein

L’inspecteur Bernère contre la mort de David Osmay

Pandémonium City de Anne Goulard

 

Ces témoignages qui font l’histoire…

L’âme damnée de Yeun de Arnaud Cabanne

Quinte Flush de Richard Mesplède

Samba Luna de Ombeline Duprat

Un homme fort de Cyril Carau

 

Avis des lecteurs

Le lire avait un son qui n’avait rien de mélodieux, mais plutôt un mal odieux, cette innocence à la frontière du délire… encore…

Bruno – commentaire posté sur le groupe fb J’Adooooore Lire

La mélodie du malheur, est une des plus effrayantes du recueil, ou plutôt « dérangeante », devrais-je dire. Pour moi, c’est de l’horreur dans toute la splendeur du genre (…) j’ai senti les mots ramper autour de moi. C’est vraiment un excellent texte.

StregaLes carnets de lecture d’une livropathe

 En fait, j’ai été sidérée par sa violence (le personnage principal n’est qu’une enfant et elle est témoin de phénomènes abjects) et en même temps, j’ai été marquée durablement par l’action. Ce texte m’a demandé un effort, dans le bon sens du terme. D’une certaine manière, il m’a rappelé la nouvelle d’Elie Darco, Change-peaux, dans l’antho Pouvoirs & Puissance. Dur mais inoubliable.

AryaLes contes de la fille perchée

En débutant cette nouvelle j’ignorais à quoi m’en tenir. L’histoire est troublante, bien construite et si l’auteur sait où il veut en venir, le lecteur lui ne s’attend guère à ce qu’il trouvera au travers de la nouvelle. J’ai beaucoup aimé l’ambiance au départ colonie de vacances et qui devient très vite malsaine avec des voisins tous plus étranges les uns que les autres mais la chute, elle m’a littéralement conquise! Une excellente nouvelle que celle-ci !

LouveLes lecteurs de Louve

Info éditeur

Format : 15 x 21cm – 264 pages – ISBN : 978-2-918265-04-7 – Les éditions Sombres rets – Anthologie de nouvelles dirigée par Elie Darco

illustratrice : Elie Darco

Le génie littéraire, dans l’anthologie Malpertuis II – éditions Malpertuis, collection Brouillards, novembre 2010

En savoir +

Dans cette anthologie du fantastique vous trouverez Le Génie littéraire, une nouvelle inédite de Michaël Moslonka en compagnie de 29 autres auteurs.

 

Sommaire

Après le succès de la première anthologie Malpertuis, voici la seconde édition de ce qui se veut un panorama annuel du meilleur de la production littéraire fantastique. La progression exponentielle du nombre de soumissions, qui a quadruplé en un an, montre que ce carrefour du fantastique est désormais incontournable.

S’y mêlent débutants et auteurs confirmés illustrant toute les facettes du genre, du plus intimiste à des textes plein de mordant, avec cette fois une ouverture internationale plus marquée grâce à deux textes du domaine hispanophone.

En attendant Malpertuis III !

 

 

Avis des lecteurs

« À elle seule, l’idée de base de la nouvelle Le génie littéraire de Michaël Moslonka vaut le détour. Un génie au nom hilarant s’y cache à l’intérieur d’un livre ouvert par un homme errant sans but. Malgré sa taille, le génie dispose d’une puissance magique tangible. Du moins, si l’on en use avec parcimonie… Un texte bourré d’humour qui tire des ficelles pouvant conduire le lecteur vers de nombreux rêves plus ou moins éveillés. » Christian Perrot – avril 2011

 

Info éditeur

15,6 x 23,4 cm. 358 pages – 16 € – ISBN : 978-2-917035-16-0 – éditions Malpertuis – collection Brouillard – anthologie dirigée par Thomas Bauduret

Couverture : Nemo Sandman (d’après un cliché de Thomas Bauduret)

 

La rançon des corsaires, Éclats de rêves – n°22, juin 2013

Donnez-nous mille colombes, Outremonde – n°10, mars 2011

Poison de rêve, Katapulpe – n°10, décembre 2010

Jacquemards : Péché Capital, Pénombre – n°3, septembre 2010

La mécanique du destin, Nocturne, le fanzine culte – n°16, printemps 2010

Sa Majesté des Ordures, Asile – N°2, février 2010

Entre les lignes de l’Histoire, « Un(e) auteur(e), des nouvelles », la bibliothèque du Flash-infos Imaginaire – février 2010

Au nom du Père, du Fils et des Affranchis, Reflets d’Ombres – n°21, février 2010

L’auberge de la discorde, Lanfeust Mag – n°125, novembre 2009

L’Apôtre du Saigneur, « Un(e) auteur(e), des nouvelles », la bibliothèque du Flash-infos Imaginaire, septembre 2009. (2ème Prix en 2006 au concours Sable Noir organisé par Télécable Sat, J’ai Lu, Jimmy et Ciné cinéma Frisson)

Prague by night, Reflets d’Ombres – N°19, juillet 2009

Sirat al Bunduqiyyah, Brins d’éternité – n°23, mai 2009

Fable de Babylone, OutreMonde – N°7, septembre 2008

Charmants Voisins de palier, Nocturne le fanzine culte – n°8, avril 2008

Il était une fois à l’Ouest de l’Eden, Horrifique – n°57, décembre 2007

L’Apôtre du Saigneur, Brins d’éternité – n°15, avril 2007

Massacrez le Clown !, Nocturne le fanzine culte – Hors-série n°1, février 2007

Par un matin de brume, Par un matin de sang…, Le Calepin Jaune – n°9, mai 2006

Jacquemards : Prime de Licenciement, Reflets d’Ombres – n°5, janvier 2006.

Entre les lignes de l’Histoire , Le Calepin Jaune – n°8, décembre 2005 et janvier 2006

Le long du canal, Horrifique – n°47, octobre 2005

Le vieil homme, l’enfant et le cinéma, La braise et l’étincelle – n° 56, 57 et 58, mars/mai/juillet 2005)

À l’angle de la 34e rue, Univers & Chimères – n°2, mai 2005

À l’angle de la 34e rue, Le Portique – n°58, avril 2005.

Les aventures de Mike Alone : histoire de sable, La nouvelle plume – n° 29, février 2005

À l’angle de la 34e rue, La nouvelle plume – n° 27, décembre 2004

L’Attentat de Damiens, La nouvelle plume – n° 25, février 2004

Le long du Canal, La nouvelle plume – n° 24, septembre 2004

 

Le cœur sur la main : 6e partie (de fumée et de sang) et dernière partie (sans cœur et sans tourment), Nocturne le fanzine culte – n°14, automne 2009

Le cœur sur la main : 4e partie (de chanvre et de plombs) et 5e partie (de paroles et d’excréments), Nocturne le fanzine culte – n°13, été 2009.

Le cœur sur la main : 3e partie : de suie et de sang, Nocturne le fanzine culte – n°12, printemps 2009

Le cœur sur la main : 2e partie : de larmes et d’acrylique, Nocturne le fanzine culte – n°11, hiver 2008

Le cœur sur la main : 1ère partie : de suie et de sang, Nocturne le fanzine culte – n°10, automne 2008

 

Le droit à la torture, Nocturne, les charmes de l’effroi – n°3, novembre 2013

Entoilé dans la démence, Nocturne, les charmes de l’effroi – n°2, novembre 2011

Vision nocturne de nos maux, Nocturne, les charmes de l’effroi – n°1, avril 2011

Vivre la mort, Les Carnets de l’Assemblée – n°7, juin 2010

« Connais-toi toi-même » ou Le visage sous notre masque d’Humanité, Les Carnets de l’Assemblée – n°5, juin 2009

L’Imaginaire pour compagne, Les Carnets de l’Assemblée – n°1, octobre/ novembre 2007.

 

Bannière Fanzines Revues